Le clan de Barbasucre

18 novembre 2008

Soirée tranquille...

Maman, tu peux m’aider pour ma traduction s’il te plaît ?

Résignée, je coupe le son d’ « esprits criminels ». Quelle mère admirable je fais quand même non ?

Allons-y, puisqu’il le faut…

Barbalala commence à lire

If he was surprised to find Dalgliesh accompanied by a woman detective, he concealed it admirably.

Ouf c’est un texte facile et puis Dalgliesh, ça me connaît !

Ah bon, tu as le livre ?

Je pense… Je dois les avoir tous les P.D James. C’est lequel ?

« A taste for death »

Ok à priori « Un certain goût pour la mort », oui je l’ai.

Je laisse Barbalala chercher son passage dans le bouquin. Chouette ma Barlalala va tricher. Une fois n’est pas coutume et puis je vais pouvoir regarder la suite d’esprits criminels tranquillement… Prof de Barlalala, si tu passes par là, ne m’en veux pas, ceci n’est qu’un malheureux concours de circonstance, tout à fait inhabituel je t’assure…

Je remets donc le son, lorsque Barlalala repose le livre…

Ayé, j’ai trouvé !

Et ?

Et ben, au boulot !

Quoi au boulot ? Tu l’as ta traduction.

Ah mais non, c’est juste pour vérifier que je ne fais pas un contre sens.

Au secours, ma fille est une bosseuse !

Posté par Barbasucre à 00:40 - Commentaires [18] - Permalien [#]


11 novembre 2008

Plus d'un mois... !!!

... Sans venir sur mon blog, sans vous lire, même pas mes préférés de chez préférés, je vous dirais pas les noms, je ne veux pas provoquer un conflit armé ;) (regardez pas ma liste, elle n'est pas à jour, même Père Aimé n'est pas dedans, c'est vous dire si elle date cette liste) même pas ma Kali d'amour, bon là direct vous comprenez que j'étais tombée dans une faille spacio-temporelle pour oser faire ça tenir le coup sans la lire.

Ben voilà, je ne vois que ça... Je suis tombée dans une faille spacio-temporelle. Vous remarquerez l'effort énorme que je fournis pour trouver une excuse plausible à mon silence ! Je vous préviens tout de suite, je ne suis pas tombée dans la même faille que le pirate, j'ai regardé partout et je l'ai pas vu... M'enfin ça aurait été quand même un sacré hasard de tomber dans la même excuse faille.

Non mais c'est vrai, j'y crois pas d'être restée si longtemps loin des blogs, loin de vous. Je suis passée chez Kali (ben vi, elle en premier, c'est ma Kali d'amour quand même ! (Et puis aussi, je veux pas finir dans un cercueil) et même si j'avais des nouvelles autrement, je ne vois pas comment j'ai pu faire pour me passer de la lire. Je suis aussi allée m'attendrir devant la petite bouille du bébé de Nam aussi et je me disais "Merci Nam de ne pas avoir trop écrit durant mon absence" que c'était bien agréable de faire son petit tour... J'ai adoré lire les considérations électorales de Jath.

Je suis aussi allée voir chez Mapping, parce que je savais que là au moins ce serait rapide de rattraper mon retard, ben quand même j'ai été surprise, la déco a changé si si, donc le pirate n'est pas loin... Une confirmation Mapping ?

Et puis c'est tout pour le moment parce que d'un coup je me rappelle aussi que ça prend du temps les blogs, mais je vais passer vous voir c'est sûr. Ne voyez pas d'ordre de préférence dans l'ordre de mes visites surtout (à part Kali mais ça c'est parce qu'elle m'oblige est numéro un forcément.

Barbasucre est de retour avec ses barbas plus ados que jamais (pfiouuuuuuuuuuuu) une voix moins râpeuse, va falloir me croire sur parole là ;) quelques kilos de plus ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin ! sa Barbalala studieuse, chanteuse, chieuse, accapareuse mais ensoleilleuse, son Barbouille qui entre deux plats qu'il cuisine, au Meurice s'il vous plaît, se rappelle qu'il a une maman et vient lui présenter sa copine et quelques trucs de cuisine, miam !  et son Barbidur - euh quelqu'un a vu mon Barbidur ? L'a du tomber dans une faille spacio-temporelle aussi celui là ! Pffff quelle famille ! ;)

Alors le prochain défi : retrouver un tour de taille acceptable. Défi commencé et moins deux kilos sur les six que j'ai pris - vi vous avez bien lu, six ! :(

Enfin maintenant... quatre ;)

Posté par Barbasucre à 15:58 - Commentaires [19] - Permalien [#]

28 septembre 2008

Taguée

Me voilà mise à contribution par Béa alors je m’empresse (oui, je sais, le terme prend une nouvelle signification avec moi) de répondre à son invitation. Ca ne demande pas trop d’énergie heureusement, d’autant plus que je vais me contenter de faire un copier-coller des règles du jeu.

Le principe du jeu
Prendre le livre qu’on est en train de lire, l’ouvrir à la page 123 et copier 5 lignes de texte à partir de la cinquième ligne. Donner les références du livre et taguer d’autres pauvres malheureux!

-blait qu’il était question d’exactions à Séville, de frères

retrouvés le crâne fracassé dans une loge pillée, portant

sur le front l’inscription Hiram tracée en lettres de

sang. L’histoire remontait loin dans sa mémoire. Mais

à l’époque, les exécutions sommaires et les représailles

Voilà un pauvre extrait de ce que je suis en train de lire « Le rituel de l’ombre » d’Eric Giacometti et Jacques Ravenne. Je ne vous dis pas si c’est bien, je le commence à peine, mais le début est prometteur et si je m’endors dessus en ce moment, les auteurs n’y sont pour rien ;)

Je vous fait grâce de mon cours d’anglais qui à la page 123 parle de statistiques et de mathématiques, pffff vais zapper cette leçon là moi !

A part ça, je respire et je n’ai pas repris la cigarette. Mais pfiou ce que c’est dur !

Et le moment que je préfère, même si avec tout le retard que j'ai, je sais pas bien qui a été déjà tagué ou non, ça ne fait rien... Etoile, Gilsoub, Kaliuccia et Père Aimé !  Allez dites le que vous êtes trop heureux ! ;)

Un bisou spécial à Béa qui m'oblige à sortir un peu de ma léthargie.

Posté par Barbasucre à 18:07 - Commentaires [15] - Permalien [#]

23 septembre 2008

Adja

Il y a quelques années (pfiou, de nombreuses années, faut bien le dire), alors que j’étais seule, que les deux barb’ainés (le troisième avait et a toujours, Dieu merci, une santé de fer) étaient encore tout petits et tellement tout le temps malades que pouvoir aller travailler tenait du miracle, j’ai rencontré un homme formidable. Ne commencez pas à fantasmer sur de torrides révélations, c’était juste un médecin, un orl.

J’avais déjà un orl, un à qui j’avais fait confiance, qui avait opéré une greffe de tympan sur ma Barbalala et qui un jour la bouche en cœur, m’a annoncé qu’elle avait eu une otite mal soignée et qu’il fallait opérer l’autre oreille. Une otite mal soignée alors que je le consultais au moins une fois par semaine ? Je ne sais pas si c’est l’intuition, mais j’ai eu immédiatement un doute et pris rendez-vous avec un autre orl.

C’est là que j’ai rencontré Adja, un médecin africain, une montagne d’homme, grand, costaud, volubile et d’une bonne humeur communicative. Adja, c’est un diminutif un peu familier pour un médecin, mais c’est qu’il m’inspire –j’allais dire de la tendresse mais non ce n’est pas vraiment ça- bref c’est quelqu’un que j’apprécie énormément, qui a le même regard émerveillé que moi devant des enfants. Et vous me connaissez, quelqu’un qui s’émerveille de mes enfants en particulier, je craque.

Elle n’avait pas besoin de greffe de tympan ma Barbalala. Elle avait juste un polype juste à côté, mais je suppose qu’en matière de facturation, le premier orl préférait la greffe. Un petit geste chirurgical, un bonbon pour réconforter et hop on n’en parle plus. Evidemment, je lui en ai été reconnaissante, j’ai continué de le consulter. Jamais je n’ai eu à attendre le lendemain pour avoir un rendez-vous, il adaptait ses horaires, jusqu’à nous recevoir parfois très tard, une crème d’homme ce médecin !

Un jour, en rentrant du centre de loisirs, les enfants marchant devant moi, j’ai parlé à Barbouille qui ne m’a pas répondu. Pensant qu’une fois de plus, il n’était pas attentif, blagueuse, je lui ai proposé d’aller acheter une glace. Pas de réaction. Un signal d’alarme a retenti dans ma tête, et s’il n’entendait pas ? Il n’avait jamais eu d’otite, lors des consultations chez le médecin, j’insistais toujours pour que celui-ci vérifie les oreilles. C’est que les otites, c’était un peu ma bête noire. Justement, j’avais vu le médecin la veille, tout allait bien. Vraiment ?

J’ai appelé Adja pour lui parler de ce doute. Le soir même, à 21 heures, il voyait Barbouille pour un test d’audition. Avant même de me donner les résultats de l’audition, j’ai eu droit à un savon terrible. Comment est-ce possible que personne n’ait rien remarqué, il a une otite séreuse, il n’entend pratiquement plus rien. Pourquoi n’a-t-il pas été soigné ? Effondrée, je lui ai dit « ah non, pas vous, vous le savez que je les soigne mes enfants ! Je lui ai fait remarquer quand même qu’il avait vu notre généraliste la veille, que celui-ci n’avait rien trouvé. Devant ses doutes, j’ai même sorti la feuille de soin pour lui montrer. Il s’est radouci, a commencé à observer Barbouille d’un air perplexe et soudain pris d’une illumination, s’est mis à lui parler en face, sur le côté, de dos. Il me dit « regardez, c’est extraordinaire, observez bien » Il recommence et effectivement, je m’aperçois que Barbouille lui répond lorsqu’il lui parle en face, tourne la tête lorsque le médecin se met sur le côté et ne répond plus du tout lorsqu’il ne peut pas voir. Euh… Non… Il ne lit pas sur les lèvres ? Adja surexcité lui fait réintégrer la cabine insonorisée. Il lui parle par la fenêtre, Barbouille répond ! Alors là je suis scotchée ! Mon Barbouille à moi, mon tête en l’air, la tête dans les étoiles et des rêves plein la tête a réussi à apprendre tout seul à lire sur les lèvres. Ca veut dire aussi qu’il n’entend pas depuis un long moment déjà. Pourtant à l’école, s’il est effectivement distrait, il travaille bien. C’est plus qu’étonnant. Adja me glisse à l’oreille « regardez Barbidur » Il recommence son manège, parle à Barbouille, cette fois j’observe son frère. Il accompagne les propos du médecin par des gestes, Barbouille lui lance sans arrêt des coups d’œil, puis répond au médecin. Je n’en reviens pas, j’ai toujours vu Barbidur faire de grands gestes en parlant, mais je pensais que c’était ses origines italiennes qui s’exprimaient là. Alors, il savait que Barbouille n’entendait pas ? Adja lui pose la question, les yeux écarquillés de surprise, il répond « ben non » En fait il ne se rendait même pas compte qu’il aidait son frère à l’aide de gestes. C’est venu spontanément.

Adja éclate de rire. « Ils sont formidables vos enfants, vraiment formidables ! » Vous en connaissez beaucoup des médecins qui vous annoncent la quasi surdité de votre enfant et vous laissent repartir, le cœur gonflé d’orgueil maternel ?

Quelques jours plus tard, Barbouille était opéré, débarrassé des sérosités qui l’empêchaient d’entendre. Quel plaisir j’ai eu, lorsqu’il m’a demandé de parler moins fort !

Le plus fort, c’est que son instit avait reçu une formation pour accueillir les enfants sourds. A aucun moment, elle ne s’est douté (doutée ? help j’ai perdu mes accords) de son problème d’audition. Barbouille l’a consolée « t’inquiète pas, c’est parce que je suis trop fort, c’est Adja qui l’a dit » avant d’éclater de rire comme à une bonne blague.

Je n’ai pas continué de voir Adja. De déménagement en déménagement, j’ai changé d’orl, des compétents eux aussi, même si c’était un peu moins chaleureux.

Lorsque Barbalala a commencé ses études de chant et que sa prof lui a remis une liste de médicaments à éviter pour préserver sa voix, je lui ai conseillé, malgré le temps de transport, de consulter Adja pour ses problèmes orl chroniques. Il a été ravi de la revoir, lui demande de chanter, s’extasie, demande de mes nouvelles. Elle chante parfois pour son association, a chanté à l’église, lorsqu’avec sa femme ils ont décidé de renouveler leurs vœux de mariage. Moi ça m’épate les gens dont le mariage dure et qui sont si heureux qu’ils le font savoir solennellement. Ca me fait plaisir pour lui, parce que si quelqu’un mérite d’être heureux c’est bien lui.

La semaine dernière, lorsque la trachéite m’est tombée dessus, je n’ai pas eu envie de voir mon généraliste. Il oublie toujours que ses traitements quasi homéopathiques n’ont aucun effet sur moi et que chaque fois, je dois retourner le voir plusieurs fois tellement ça dégénère. Après tout, puisque me voilà revenue dans la ville de mes 20 ans, je vais aller voir Adja !

Barbasuuuuuuuuuuuucre ! Ah quand j’ai vu votre nom sur le cahier, j’en suis resté baba, j’avais peur de ne pas vous reconnaître, mais vous n’avez pas changé ! Il me prend dans ses bras, éclate d’un grand rire tonitruant « heureusement que j’avais des nouvelles par Barbalala hein ! » Il papote, me demande des nouvelles de Barbidur et de Barbouille, il est heureux de voir que chacun des enfants a trouvé sa voie, me regarde, me demande quel est mon elixir de jeunesse « pas une ride Barbasucre, mais comment c’est possible ? » « Les enfants peut-être » je lui réponds en souriant un peu fiérote quand même. Ca fait toujours plaisir les compliments, même si en l’occurrence c’est plutôt la génétique qu’il me faut remercier. Je tiens de ma mère pour ça.

Il m’examine quand même, me prescrit antibiotiques et anti-inflammatoires. Ca n’a pas suffi.

J’ai passé la semaine au fond de mon lit canapé, incapable de dormir plus que quelques minutes à la fois, incapable de fumer (oui d’accord tant mieux, mais bon…), la respiration courte et bruyante, comptant mes doses de ventoline autorisées pour me soulager un peu, incapable de fixer mon attention sur l’ordi, encore moins sur un livre (mais j’ai quand même un livre en cours pour Béa ;))  Vive la télé ! Heureusement que SuperBarbalala a assuré l’intendance !

J’ai revu Adja hier, désolé de me voir dans cet état de délabrement avancé faut bien le dire. «Ma pauvre Barbasucre, mais dans quel état vous êtes ! Rappelez moi de vous assommer direct la prochaine fois ! » Le pharmacien apitoyé m’a délivré les médicaments en me conseillant de prendre l’antibiotique immédiatement. Ca plus deux bouffées de cortisone plus tard, me revoilà, toujours malade, effectivement assommée par le traitement mais un peu soulagée. J’ai pu dormir 6 heures en continu. Ouf !

Désolée d’avoir mis tant de temps à répondre à vos comms, mais je n’avais la force de rien.

A part ça, manquer d’air à ce point m’a fait détester mes cigarettes. C’est décidé, quand j’irai mieux, je ne reprends pas ! Tant pis si je prends encore quelques kilos, ça me fera une belle jambe d’être mince quand je serai six pieds sous terre ! C’est malheureux d’en arriver à être très malade pour réagir, mais voilà, je la tiens ma motivation !

Posté par Barbasucre à 14:22 - Commentaires [15] - Permalien [#]

16 septembre 2008

Semaine chargée...

Me voilà à la maison avec de la fièvre et une belle trachéite, j’en profite pour vous faire un petit coucou entre deux plongeons sous la couette.

Le moral va mieux, même si la fatigue est toujours là. Faut dire que si la rentrée s’est bien passée, ça chamboule quand même pas mal l’emploi du temps. Tiens parlons en de l’emploi du temps. Particulièrement de celui de Barbidoux. Cette année, ils n’ont rien trouvé de mieux au collège que de rajouter une heure le soir à des journées déjà bien longues. Du coup, Barbidoux finit à 18h le mardi et le jeudi. Génial pour les devoirs ça ! Pas le temps de souffler qu’il faut déjà s’y remettre. Sont malades moi je dis !

Par-dessus le marché, son emploi du temps est éclaté entre 3 demi groupes, une semaine sur deux. Pas sur certains cours non, quasiment chaque cours est en demi-groupe ou tiers de groupe. Ca peut-être pas mal d’avoir un effectif réduit, pour autant que l’emploi du temps soit clair et l’effectif au complet. Personnellement j’ai des doutes, s’ils ne refont pas un emploi du temps plus précis ça va être la pagaille. Parce que là, tenez vous bien, les groupes s’appellent Q1 Q2 bQ3 les semaines s’appellent Q1 Q2… Pratique isn’t it ? Surtout que la personne qui a établi ces merveilleux emplois du temps s’est légèrement gourationnée. Vi je sais ça se dit pas, j’invente, j’aime bien des fois :) Donc ce matin, à la première heure, c’était techno pour Q1, SVT pour Q1. A la deuxième heure, musique pour Q1, techno pour Q1.

Euh, je réponds quoi à mon Barbidoux qui se gratte la tête en préparant son sac ? (meuh non, il n’a pas de poux, manquerait plus que ça à mon bonheur tiens… beurk) Qu’il a sûrement techno ? Bah oui, je lui ai répondu ça, et aussi dans le doute qu’il prenne toutes ses affaires. Et puis j’ai utilisé toute une page de son carnet de liaison pour signaler le problème et pour souhaiter que cet emploi du temps n’ait de définitif que le nom. Parce que faut pas pousser, on n’a pas que ça à faire de nos soirées !

Enfin bon, ça va sûrement s’arranger.

Ils se sont inscrits à des activités. Barbidoux a choisi l’école d’aventure à la base de loisirs. Il va faire de la planche à voile, du téléski, du catamaran, une initiation à la plongée, apprendre les premiers gestes de secourisme avec les pompiers, de l’accrobranche et plein d’autres activités du même genre. Ca commence demain et je n’arrive pas à remettre la main sur son brevet de natation. Pffff !

Barbidul s’est inscrit à un club de foot. Ca n’a pas été triste ça non plus ! Ses copains du collège lui ont déconseillé le club près de chez nous. Ils s’entraînent avec un autre club de la ville. Renseignements pris auprès du dit club, l’entraînement à lieu dans la ville à côté, le mardi à 18 heures, juste quand il sort du collège (ben oui lui aussi emploi du temps formidable !) Nous nous sommes renseignés auprès du club le plus proche quand même. Après quelques contacts auprès des entraîneurs, j’ai mieux compris les conseils des potes. De vieux pépés complètement à l’ouest. Barbidul m’a supplié « pas là, pas là, maman, je t’en supplie » Hihi, j’adore son côté dramatique. Enfin sauf quand ça va trop loin, je vous donne un exemple dans quelques lignes, z’allez avoir un aperçu de la vie de famille chez nous ;)

Bref, je lui propose de se renseigner auprès de ses potes de toujours, ceux d’avant le déménagement. Il pourrait s’entraîner avec eux, ce n’est qu’à 10 mn de chez nous en bus. Enthousiaste, il fait comme ça et s’inscrit. Pas de bol, comme il n’a jamais joué en club, il s’entraîne avec les 12 ans. Premier grincement de dents de mon Barbagrognon.

Pire, ces « petits » le trouvent nuls ! Aïe ! Pour lui qui met un point d’honneur à être le meilleur partout – et à le faire savoir, ben oui, l’a un peu oublié d’être modeste mon Barbidul – l’insulte est gravissime ! Je crois qu’il avait un peu dans l’idée qu’il serait accueilli comme le futur Zidane. Il revient de son premier entraînement, les larmes aux yeux, les points serrés, une envie de mordre le premier qui le contredit. Chouette ambiance ! J’arrive à le calmer, il consent à admettre qu’effectivement il a encore beaucoup à apprendre, « mais quand même, ils pourraient comprendre que je n’ai jamais fait de foot en club »

Deuxième entraînement hier soir. Je commençais à m’inquiéter de ne pas le voir rentrer à l’heure et puis le voilà qui arrive, visage fermé, visiblement en colère, il me balance son ticket de bus sur la table du salon « tiens, cadeau, je ne m’en suis pas servi » et puis il s’installe à table, la tête dans ses mains et fond en larmes.

Chez nous, dès que l’un ne va pas bien, c’est à qui va vouloir le consoler. Même Barbidoux, sadique à ses heures, qui adore pousser son frère à bout et le faire pleurer à l’occasion, ne supporte pas de le voir pas bien. C’est le paradoxe des frères en général, des jumeaux en particulier.

Bref nous voilà à essayer de comprendre pour pouvoir consoler. Barbidul en larmes commence à nous expliquer en hurlant que ne voyant pas le bus arriver, il est parti à pieds, et que bien sûr, à peine parti, le bus est passé, que déjà l’entraînement c’est trop dur, alors qu’il a vraiment trop la poisse d’avoir du rentrer à pieds, et que l’entraîneur est barge de leur faire faire autant de pompes, et que, et que, et que… Tout ça avec de grandes gesticulations énervées et un niveau sonore proche de l’hystérie.

Je lui demande de se calmer, Barbalala essaie de lui expliquer que c’est normal que ça lui paraisse difficile au début. Il se met à l’invectiver parce qu’elle ne peut pas comprendre. Nous essayons de le calmer, en vain lorsque Barbidoux, à cran de voir son frère dans cet état, se met à crier plus fort que lui « ASSEZ ! »

Barbidul file dans sa chambre en claquant la porte. Je le suis pour lui demander de venir manger dès qu’il sera calmé et par la même occasion je lui demande de s’excuser auprès de tout le monde.

Nous entendons quelque remue-ménage dans la chambre, puis il est sorti plus calme, pour me dire qu’il ne comprend pas pourquoi il doit s‘excuser. J’ai failli éclater de rire, parce que voyez-vous, il n’y avait aucune insolence de sa part, il ne comprenait pas. Lorsque je lui ai raconté la soirée de notre point de vue, il a admis avoir dépassé les bornes. Nous avons pu discuter du reste et tout s’est apaisé aussi vite que ça avait commencé.

M’enfin, le programme de la soirée, c’était Natalie Wood dans « la fièvre dans le sang » que je n’avais jamais vu, ni Barbalala. Ce sera pour une autre fois.

Allez quelques petites choses qui vont bien maintenant. Je me suis inscrite avec Barbalala à des cours d’anglais le samedi matin. Elle a beaucoup de mal avec l’anglais, voulait s’inscrire en « grands débutants » Je lui ai dit que quand même, il faudrait qu’elle ait un peu plus confiance en elle et que ça me paraissait exagéré. Mon niveau ? J’en sais rien. Je lis assez facilement l’anglais, j’aide les enfants depuis des années, alors j’ai de bons restes. Cela dit, dès qu’il s’agit de m’exprimer en anglais, je cherche mes mots et je peux chercher longtemps, ça ne me vient pas facilement. Nous nous sommes inscrites toutes les deux en « faux debutants ». Première heure à expliquer comment fonctionne l’association, petite pause café, et puis j’ai passé la deuxième heure à me ronger les sangs, à me demander comment expliquer à ma Barbalala que bien que souhaitant très fort rester avec elle, ça n’allait pas être possible, que je m’ennuyais trop, que le prof est trop lent et qu’en plus il parle mal, mais mal ! Je vous jure, je mourrais d’envie de prendre sa place et d’expliquer moi, comme je le fais avec les enfants. A la fin du cours, Barbalala me dit « Qu’est-ce que tu as du t’ennuyer ! Parce que déjà, moi, j’ai failli m’endormir. On change de cours ? »

Ouf ! On change. Mais samedi elle ira seule, je dois accompagner Barbidoux faire des radios.

Le dimanche, ce sont les barbas qui jouent les professeurs et qui m’apprennent l’espagnol. Une façon comme une autre de les motiver ;) et puis j‘aime bien apprendre...

A part ça, j’ai gagné un séjour d’une semaine pour 4 personnes dans les landes, au bord de la mer. Youpi ! Les vacances de printemps sont assurées !

Elle est pas belle la vie ?

Sur ce, je vous souhaite une belle journée, je retourne à ma couette :)

Posté par Barbasucre à 13:56 - Commentaires [15] - Permalien [#]


05 septembre 2008

Rentrée

Je suis désolée d’avoir déserté si longtemps, non seulement mon blog, mais les votres aussi :(

Jusqu’aux vacances, je travaillais à mi-temps thérapeutique. J’ai repris à 100% de mon contrat de travail, c'est-à-dire pas à plein temps, me reste le mercredi quand même. Malgré cette journée bénie (pas forcément de farniente, beaucoup de mamans confirmeront j’imagine ;)) j’ai beaucoup de mal à tenir le rythme,  les douleurs sont revenues, le stress, les angoisses, une fatigue monumentale qui m’abrutit et me fait coucher plus tôt que je ne l’ai jamais fait. Résultat, je tiens le coup, mais il me reste peu de temps pour le reste et le moral s’en ressent.

A vrai dire, j’ai carrément le moral dans les chaussettes. Je me souviens d’une phrase de Kaliuccia (une parmi tant d’autres, parce qu’elle à toujours été là et je pourrais vous en faire un roman de l’aide qu’elle m’a alors apportée, mais bon, je vous apprends rien, je suis sûre que vous savez déjà quelle amie merveilleuse elle est) qui m’avait beaucoup aidée lors de ma dépression « Déjà, il faudrait que tu acceptes d’être malade » Ben je me demande finalement si j’ai bien accepté. Ca me met toujours en colère de ne pas avoir autant d’énergie qu’avant, j’en veux à mon organisme de ne pas être à la hauteur. Le médecin m’a prescrit une radio de la hanche parce que ça coince. Pffff, je ne sais pas si je vais la faire. Y a toujours quelque chose qui coince chez moi dès que je dépasse mes limites. Le problème c’est que ça va pas loin mes limites et ça, ça m’énerve !

Cette semaine, pour la rentrée, j’ai pris des congés pour être pleinement dispo pour mes barbas qui rentrent en quatrième, gonflés à bloc, déterminés à réussir, plein de bonnes résolutions. Je suis contente, j’ai réussi à ne pas leur communiquer mon stress. Sont partis et revenus de bonne humeur.

Barbidoux aurait bien aimé que je l’accompagne, mais je n’ai pas voulu. Déjà l’année derniere j’étais seule avec 2 ou 3 autres parents qui ne savaient pas où se mettre. Ca l’a un peu déstabilisé que je ne vienne pas, mais au retour, il en était ravi, car bien sûr aucun parent n’avait accompagné ses enfants. Ils sont aussi un peu déçus (moi aussi) de ne pas être dans la même classe. Bon, ça sera moins simple pour les devoirs, mais quelque part, ils auront plus de choses à se raconter le soir. Parce qu’en ce moment, ces deux là, ils ont surtout des sujets de discorde pffff.

A part ça, ma Barbalala rentre à l’université en octobre, elle stresse et j’essaie de la rassurer, je la fais rire et souvent ça marche (dommage que je ne sache pas me faire rire toute seule)

Voilà, je ne vous promets pas d’être beaucoup plus présente, je ne suis vraiment pas au top de ma forme et je déteste raconter mes bobos qu’ils soient physiques ou dans la tête. Quand c’est les deux alors…

Y a quand même un truc qui m’échappe… Comment peut-on être à la fois presque toujours de bonne humeur, voir la vie du bon côté, ne jamais baisser les bras dans les difficultés et déprimer si souvent ? Parce que là, c’est ce qui m’arrive, je savoure ma semaine avec les enfants, je ris, je plaisante, je vais au ciné, et puis comme ça sans crier gare, les envies de pleurer reviennent. Re-pffff tiens !

Allez, on retient juste que la rentrée s’est bien passée :)

Posté par Barbasucre à 12:39 - Commentaires [29] - Permalien [#]

29 juillet 2008

Chose promise...

Comme certains l'ont déjà souligné, j'ai choisi d'aller me peler en Bretagne. Certes, il a fait plutôt frisquet, mais regardez comme c'est beau quand même :

Benodet_131Benodet_042Benodet_075Benodet_207

Il y avait des araignées sur la plage mais surtout ne leur dites pas

Benodet_169

L'avantage évident c'est qu'il n'y avait pas foule, nous n'avions que l'embarras du choix pour nous installer sur la plage.

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons à peine pris le temps de déposer nos bagages au mobilhome, pas question de ranger quoi que soit, hop direction l'océan ! Dommage que je ne puisse vous faire partager les embruns, c'était ressourçant à souhait. C'est comme si instantanément, presque magiquement, nous étions reposés, détendus. Les enfants étaient scotchés de l'effet bienfaisant de l'odeur de l'océan. Chaque soir avant de rentrer nous restions assis quelque temps en face de l'océan à savourer l'air que nous respirions.  Sans m'en rendre compte, ni le décider, j'ai diminué de moitié ma consommation de cigarettes.

Honnêtement question météo c'était plus souvent le ciel couvert de la première photo, mais grâce au vent nous avons pu avoir de belles éclaircies. Le truc un peu pénible, c'est qu'impossible de prévoir quoi que ce soit, en un clin d'oeil le ciel passait de menaçant au bleu le plus pur et vice versa. Alors on a fait avec, de jolies promenades avec le Kway jamais très loin. J'ai particulièrement aimé crapahuter dans les rochers (adieu mes belles sandalette qui ont moyennement apprécié l'exercice) 

Benodet_063Benodet_089Benodet_090

J'aurais aimé les emmener visiter l'archipel des Glénans dont j'ai gardé un souvenir émerveillé mais outre l'incertitude quant à la météo, ils appréhendaient la traversée en bateau, z'ont l'estomac vite retourné mes barbas, déjà leur faire prendre le bus pour passer une journée à Quimper a été éprouvant : Ferme le rideau maman que je ne vois pas le paysage défiler ! Ferme donc les yeux mon garçon que je puisse contempler le paysage ! Je sais je suis une parfaite mère indigne ;)

Lorsque nous ne savions pas trop ce que le temps allait donner, nous restions au camping à jouer au ping-pong ou au basket. Il y avait les petites cabanes des enfants pour nous abriter en cas d'averse (un peu petites mais bon, je suis petite faut dire)

Benodet_287Benodet_264

Et malheureusement il a parfois fallu rester au mobilhome lorsque la pluie ne voulait pas s'arrêter. Je ne vous dis pas comme je me suis ruinée à la librairie du coin, en magazines, livres et jeux divers et variés !

Benodet_140Benodet_145Benodet_333

Vous remarquerez comme certains sont multi-tâches.

Malgré toutes ces occupations, nous avons trouvé le moyen de travailler l'anglais tous les matins. Ils y ont pris goût, j'espère que ça durera.  Depuis notre retour, nous continuons (je dis nous parce que j'en profite pour m'améliorer moi aussi) Par contre j'ai attendu le retour pour vraiment les remettre aux maths, on ne peut pas tout faire.

Voilà c'était bien, pas assez ensoleillé certes, mais nous nous sommes bien reposés, bien amusés. Je pense que l'année prochaine on descendra sans doute un peu plus au sud quand même ;)

 

 

Posté par Barbasucre à 17:17 - Commentaires [34] - Permalien [#]

20 juillet 2008

Je suis rentrée !

Coucou tout le monde !

Me voilà de retour en forme et bronzée, si si en Bretagne les nuages sont bronzants je vous jure ! Un peu de patience, je trie mes photos et je vous raconte.

Vous m'avez manqué, gros bisous à tous.

Vous remarquez comme je suis toujours aussi bavarde hein ?

Posté par Barbasucre à 22:37 - Commentaires [7] - Permalien [#]

04 juillet 2008

Blog en vacances

Commencez pas à ricaner, si si, j'en ai vu au moins deux ou trois qui se marrent en douce, là derrière... Je sais, l'est en vacances depuis un bail ce blog, c'est pas un sccop. D'ailleurs à ce propos je décline toute responsabilité, c'est la faute, la très grande faute de sieur Gilsoub (et aussi à ma flemmardise, ma connexion wifi qui a aussi fait des siennes, les soldes et puis c'est vrai un manque d'envie mais ça c'est rien ça revient toujours c'est comme l'ordi quand ça veut pas suffit de lui taper un peu dessus et pis voilà) qui m'a conseillé les sagas de la citadelle des ombres et des aventuriers de la mer de Robin Hobb, et vous le savez, j'écoute toujours (si si presque toujours) les bons conseils, donc si vous avez des réclamations, le fouet c'est par ! ;)

Donc voilà blog en vacances depuis un moment comme vous le faites si bien remarquer,  mais là c'est officiel et surtout la nouveauté, moi aussi je suis en vacances, yeahhhh ! Et en plus je pars !!!!!!!!

Cinq ans que nous n'étions pas partis. Je vous dis pas l'excitation ici et aussi un sérieux manque d'organisation, les affaires lavées et repassées trop tôt que j'ai retrouvées dans le bac à linge au moment de faire la valise, mais ça y est, tout est enfin prêt, j'ai sûrement oublié quelque chose mais pas les maillots de bain ni le kway (ben vi quand même on part en bretagne)

Je vous laisse les clés et une bouteille de rhum, n'en profitez pas pour mettre le souk c'est un blog sérieux ici non mais !

Désolée de ne pas avoir le temps de rattraper mon retard chez vous avant de partir, mais promis, je fais mon petit tour en rentrant.

Ah oui, j'allais oublier le meilleur. Barbidul et Barbidoux passent en quatrième. Pour les récompenser, je leur ai collé deux heures de travail scolaire chaque jour. Je sais, mère indigne je suis et mère indigne je reste. Ca compte si je vous dis qu'ils bossent avec enthousiasme et même avec le sourire ? Ca vous énerve ? Ben rassurez vous moi aussi. Je ne comprends pas qu'ils ne fassent pas pareil à l'école. Enfin bon, c'est les vacances, l'école on n'y pense plus jusqu'en septembre. L'école j'ai dit. Les maths, le français et l'anglais restent au programme.

Et vous ça vous dit pas des devoirs de vacances ? Je cherche des textes à leur faire apprendre, mais de très beaux textes, des forts, des qui marquent, dès qu'on à plaisir à lire et à relire. Je pensais par exemple au très beau texte de Rudyard Kipling "Tu seras un homme mon fils" et d'autres que je sais pouvoir retrouver dans ma bibliothèque, mais si vous avez d'autres idées je suis preneuse. Lorsque je leur ai lu le texte de Rudyard Kipling en leur proposant de l'apprendre, Barbidul qui déteste apprendre par coeur, a souri et m'a dit, tu vois parfois c'est bien de se coucher tard, si j'étais allé me coucher au moment où tu l'as demandé, tu ne m'aurais pas lu ce texte et peut-être ensuite tu aurais oublié et ça aurait été dommage. Comment il retourne les choses à son avantage celui là ! ;)

Bonnes vacances à vous. Pensée à ceux qui ne partent pas et à tous je souhaite du soleil et de bons moments. A très bientôt.

Posté par Barbasucre à 23:57 - Commentaires [14] - Permalien [#]

30 mai 2008

Deux heures à tuer ?

Mon conseil ciné du soir si nous ne l’avez pas encore vu « Deux jours à tuer » de Jean Becker avec Albert Dupontel, (quel regard ce mec !) Marie-Josée Croze, Pierre Vaneck… Profitez, tout le monde est dans la salle d'à côté pour voir sex and the city (z'ont pas tort non plus, si vous aimez la série, vous aimerez le film, mais là, vous choisissez Dupontel)

Savez quoi ? Je ne vais pas vous en parler, allez juste le voir, vous ne regretterez pas. Je vous dis juste que jamais je crois, je n’ai été aussi bouleversée par un film - oui, je sais, je me laisse bouleversifier facilement ces temps ci mais bon je ne suis pas la seule, ma Barbalala a fondu en larmes, un torrent de larmes, sur la voix de Reggiani à la fin du film. Je ne l’ai pas consolée, d’abord parce que je la connais, le moindre geste de compréhension aurait fait redoubler ses larmes et puis parce que j’étais déjà très occupée à me sécher les joues moi aussi. Ca faisait longtemps que je n’avais pas versé une larme au ciné, la dernière fois c’était pour « spiderman 2 » quand Peter annonce à Mary-Jane que décidément non, eux deux ça ne va pas être possible. Oui je sais je suis nulle, mais ce ne sont pas les mêmes larmes, vous sauvez pas en courant, je vous jure ce film est magnifique.

Traître mais magnifique. Traître parce que vous commencez à regarder un film drôle, percutant, intelligent, qui vous interpelle sur le sens de la vie, et putain mais qu’est ce qu’on en fait de cette vie, mais bon, vous avez l’habitude, ce coup là on vous l’a déjà fait, ces questions là vous vous les posez déjà et puis vous avez regardé la bande annonce alors vous vous y attendez, les émotions vous les gérez, vous vous dites juste que vous avez bien fait de venir voir ce très bon film. Jusqu’à ce que…

Ah non, ça je ne vous dis pas, allez le voir je vous dis !

Les quelques spectateurs réunis dans la salle n’ont pas seulement laissé défiler le générique jusqu’à la fin. Chacun est resté assis un moment devant l’écran vide, plongé dans ses pensées. Pas un mot, pas un chuchotement. Silence, émotion et les mots de Reggiani qui résonnent encore…

Je n’avais lu aucune critique avant d’y aller. Je viens de le faire et ben décidément, je continuerai de ne plus les lire. Tain ces journalistes, ils sont si blasés que rien ne les touche ? Il faut descendre en flèche les films de qualité pour avoir l’air intelligent ? Navrant !

Demain moi j’y retourne !

Posté par Barbasucre à 23:18 - Commentaires [21] - Permalien [#]